Le Karambol

[Visite en avril 2012]

La jolie petite ville de Sainte-Marie (en travaux) ne compte que très peu de restaurants créoles. O Karambol resto étant l’un de ceux qui propose davantage de plats locaux, nous décidons donc d’y mettre les pieds sous la table. Vous n’aurez aucun mal à le trouver, il se situe à deux pas de l’église, sur l’ancienne nationale.

La salle compte une quarantaine de couverts, avec une décoration simple et efficace. Il est encore tôt. Nous prenons le temps de consulter le menu, affiché sur des tableaux, au mur du fond. Les entrées consistent en un buffet froid, où l’on trouve diverses crudités, quelques charcuteries, de la macédoine et des œufs mimosas, avec vinaigrette et mayonnaise de rigueur. Les plats chauds sont relativement variés : cari de poisson, rougail de morue, civet de lapin, shop-suey poulet, bœuf en daube, curry d’agneau…

L’accueil est courtois. Nous nous plaçons non loin du buffet et composons notre assiette de légumes : haricots verts, macédoine, œufs, et deux tranches de salami. Un ensemble rafraîchissant, malgré le fait qu’il n’y a rien de frais, excepté les carottes. Les haricots et la macédoine : surgelés et conserve.

Cela aurait passé comme une lettre à la poste si, au moins, la mayonnaise était faite « maison ». Rien du tout. De la mayonnaise standard au parfum de citron qu’on trouve au supermarché. Notre assiette vide est enlevée et on nous apporte notre commande : du civet de lapin, et un rougail de morue. Service à l’assiette.

Les quantités semblent correctes. Un joli « piton » de riz trône sur le plat à côté des lentilles. Et pas de piment en accompagnement ! Oubli réparé à notre demande. On nous dépose un rougail tomate direct sorti du frigo. Le civet est coupé en morceaux trop gros, et, s’il a une couleur bien foncée, ne dégage pas l’odeur si particulière de tout civet respectable, ce d’autant qu’il n’y a pas un brin de persil à l’horizon. Notre mauvaise impression se confirme en bouche : c’est sec et assez fade. Où donc est passé la saveur du vin ? Où est la force du girofle ? Rien. Le grand vide gustatif. Le plat est juste assez bon pour remplir un ventre affamé, mais guère plus.

Cela ne s’arrange pas avec le rougail morue, bien au contraire. Déjà, la morue est grossièrement hachée (et dire qu’on avait critiqué, gentiment, l’aspect de celle de la Table Créole, au Port, il y a quelques semaines ! C’était du grand luxe à côté). Les morceaux de chair se disputent la place avec des morceau d’oignons, et… une forêt d’arêtes ! Le tout est « blême », bien loin de la belle couleur orangée du rougail morue bien né. Si le parfum est plutôt conforme aux attentes, le goût est significativement en-deça du minimum tolérable : une amertume vient gâcher le plat. Quelque chose a dû cramer au fond, le combava peut-être, ou le gingembre ajouté à la louche. Bref, appelons cela un sauté de morue aux oignons, pour être proche de la vérité. Un sauté raté. Il est 12h45. La salle est pleine. Le service semble un peu bousculé, mais reste efficace. Nous attendons un peu notre dessert, une tarte aux pommes. Celle-ci s’avère passable. Tiède et sans joie.

C’est l’heure de l’addition et d’aller voir ailleurs si nous y sommes : 31 euros pour deux personnes, tout compris, avec un apéritif et un dessert. On ne peut pas dire que ce soit malhonnête. La formule « complète » hors boisson, c’est à dire le buffet plus un plat chaud est à 14 euros. Le rapport qualité prix est correct !

Effectivement les restaurants créoles ne pullulent pas à Sainte-Marie, et la plupart des établissements sont concentrés à Duparc et alentours. De plus, ô Karambol affiche des tarifs très raisonnables. Pour aller déjeuner pas cher le midi, à Sainte-Marie ville, si on a faim, et si on veut à tout prix manger des plats créoles, pourquoi pas… mais ce sont là des considérations purement alimentaires qui ne justifient en aucun cas l’obtention d’une fourchette de quelque métal que ce soit. Par conséquent, en souhaitant une amélioration substantielle de la qualité de ses plats, nous attribuons ô karambol, enfer et damnation, une pauvre fourchette en plastique.

Pour résumer :
Accueil : bien • Cadre : bien • Présentation des plats : bien • Service : moyen • Qualité des plats : méciocre
Notre impression globale : médiocre
Fourchette en plastique

Une réflexion sur “Le Karambol

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.