Le Champ-borne

[Visite en mai 2012]

Aujourd’hui, nous allons déjeuner au Champ-Borne, situé dans la localité du même nom, à quelques encablures du Beau Rivage que nous avons testé au mois de février dernier. Le restaurant est au bord de la route, vous ne pourrez pas le manquer : un bâtiment avec des baies vitrées qui laissent tout le loisir aux convives de profiter du paysage côtier. Si on tient compte de la salle intérieure réservée en général pour les réceptions, le Champ-Borne peut accueillir 200 personnes.

A la carte, les spécialités créoles classiques, y compris le cari bichique, mais aussi quelques grillades (bœuf, agneau et canard) et des plats chinois, de quoi contenter tout le monde. Notre préférence va vers un civet de coq, et le gallinacé affiche tout de suite sa généalogie : «fermier !», et un cari de bourgeois. Un achard de chou de coco viendra nous ouvrir l’appétit. La salle extérieure, de 80 couverts, est propre mais mériterait un peu plus de décoration. L’endroit est assez vaste pour qu’on puisse déjeuner sans gêner les voisins.

L’accueil est prévenant. Nous commandons et pour patienter on nous propose le punch maison : jus de fruit et grenadine avec du rhum blanc. Un cocktail simple mais efficace car léger et pas trop sucré. L’achard est servi chaud. La température nous fait monter aux narines des effluves de safran et de cumin et nous attaquons aussi sec. Le chou de coco est très finement émincé mais reste croquant. Bien sûr, à part une légère acidité, son arôme est complètement masqué par les épices sus-citées. Il n’en demeure pas moins très agréable et rempli son office : réveiller nos papilles gustatives. C’est tant mieux, car voici venir sans tarder le civet de coq, qui a assez belle allure. Les morceaux, d’une couleur marron tirant sur le rouge baignent dans une sauce généreuse (trop peut-être à notre goût, mais certains aiment imbiber leur riz), qui nous envoie le parfum musqué du girofle.  

 Notre fourchette atteste le lignage du volatile : c’est effectivement du coq fermier. Il faut dire que nous avons semble-t-il hérité des parties charnues et la viande est un peu sèche sous la dent, mais sans exagération. La cuisse de l’animal est plus onctueuse, et son état révèle une cuisson qui a dû être longue, bien trempée dans le vin. Parlons-en justement, du vin : s’il n’est pas avare en goût, s’il a parfaitement imprégn é la viande, il demeure tout de même assez sage, laissant presque le girofle dominer. Une juste dose de sel vient équili brer le tout, et le fumet du coq nous reste dans le nez pour notre plus grand plaisir. Un plat à respirer autant qu’à manger. Une petite touche de persil aurait été appropriée.  

Pour sa part le poisson fait presque aussi bien. Les morceaux baignent dans une sauce rouge, abondante et veloutée, où chantent en canon le gingembre et le combava. Ces derniers ne parviennent toutefois pas à effacer totalement l’odeur sucrée des tomates en conserve. La chair du poisson est de bonne tenue, sa texture un peu râpeuse étant largement compensée par celle la sauce. On ne saurait trop vous conseiller d’y rajouter une petite cuillérée de piment vert «crasé» (fourni), histoire de «tuer» définitivement l’arrière-goût des tomates en boîte, sauf si, bien sûr, vous aimez ça.

Nous terminons par un dessert maison : de la confiture de pamplemousse, servie en minces lamelles, à capella. Une merveille. Les amateurs de l’agrume fermeront les yeux et apprécieront son amertume caractéristique, largement domestiquée (mais non dominée) par le sucre. Un réel plaisir physique, comme une décharge d’électricité dans la colonne vertébrale. Nous nous disons alors que l’affaire passerait bien avec un magret de canard saignant, disponible à la carte, mais accompagné de letchis. Faites-en donc l’expérience : laissez tomber l’accompagnement aux letchis (qui n’est pas de saison, en plus) et demandez plutôt le pamplemousse ! Une expérience intéressante, gageons-le ! Addition : 55 euros pour deux plats, avec une entrée et un dessert. Compte tenu de la qualité globale, c’est assez honnête.

Sur la route de Champ-Borne, voilà un restaurant sans prétention qui propose une cuisine de bonne facture. Il y aurait encore quelques progrès à faire pour atteindre la qualité de la cuisine créole authentique, telle que nous la recherchons dans cette rubrique, mais vous ressortirez du Champ-Borne relativement satisfaits, et la peau du ventre bien tendue. Libre à vous d’aller digérer avec une petite marche jusqu’à l’ancienne église en profitant de l’air marin. Conséquemment, nous attribuons à cet établissement une jolie fourchette en argent.

Pour résumer :
Accueil : très bien • Cadre : moyen • Présentation des plats : moyen • Service : très bien • Qualité des plats : bons
Notre impression globale : bonne table
Fourchette en argent

Chez Doudou

[Visite en mai 2012]

La Petite France, aux portes du Maïdo : son brouillard, ses bœufs, ses chevaux, ses cyprès, et ses restaurants au frais. Aujourd’hui nous décidons de tester l’un des plus connu : «Chez Doudou». L’établissement est constitué d’un bâtiment bas, en bois, qui semble avoir poussé au fur et à mesure et qui ne manque pas d’un certain charme champêtre, avec sa cheminée à proximité de laquelle les frileux aimeront se réfugier.

C’est qu’il ne fait pas chaud, avec l’hiver qui pointe son nez, mais cela ouvre l’appétit. Nous nous installons et une charmante demoiselle, fort accorte par ailleurs, nous explique le déroulement des opérations. Celles-ci commencent avec une entrée de beignets de morue et de chou et se poursuivent avec un buffet chaud dont nous ne connaissons pas encore la teneur. Il est tôt, et ce dernier n’est pas prêt. Le temps de patienter, on nous propose à la dégustation un jus de fruit frais et un punch maison, tous les deux excellents, à base de bananes. 

Les beignets ne tardent pas. Ils sont servis accompagnés d’une sorte de sauce tartare rouge assez typée. Et tant mieux pour les beignets, pourrait-on dire, car ces derniers à part un vague parfum de morue ont surtout un goût de…beignet, à savoir une pâte salée cuite à l’huile. Elle a fait long feu cette mode du beignet à tout et n’importe quoi, qu’on pouvait trouver dans beaucoup de restos des hauts se revendiquant de la tradition créole, et qui au bout du compte avaient tous le même goût : celui de l’huile ! Une entrée bien pratique, nous verrons plus loin pourquoi. Est-ce la fraîcheur, l’ambiance, la faim ou la sauce ? Les beignets sont proprement exterminés. 

Nous passons aux choses sérieuses. Les marmites chaudes sont mise à la disposition des clients. Au menu : un poisson au gingembre, un cari de poulet au coco et un plat de cochonnailles diverses, sorte de « rougail » mélangé de saucisses, boucané et andouillettes, qui baignent dans une sauce uniforme. L’aspect de l’affaire nous intrigue, nous entamerons donc les hostilités par là, avec, en accompagnement des lentilles et une sauce de piment.

Surprenant. Cette sorte de rougail panaché nous laisse pantois. La sauce, avec un arrière goût de fumé, ne manque pas d’attrait, les morceaux de saucisses et d’andouillettes font bonne figure et, tout en étant ferme d’aspect, fondent en bouche. Quand à la qualité intrinsèque de l’affaire, c’est le cas de le dire : on ne sait pas si c’est du lard ou du cochon ! On est loin du rougail boucané ou du rougail saucisse de la pure tradition créole, sans aucun doute. Le plat est bon, mais il lui manque quelque chose : un peu plus de tonus gustatif. Le poulet est beaucoup plus goûteux. Il est ferme et a cette belle couleur jaune des bons caris au feu de bois. La sauce est parfaite et le tout exhale d’autant mieux les aromates avec la poignée de persil frais, hachés, et lâchés par dessus au dernier moment. Nous remarquons tout de même que le volatile a été, lui aussi, coupé en menus morceaux. Impossible de retrouver une cuisse entière, ou une hanche dans cette hécatombe, pas plus que de bons « morceaux à sucer ».

Le poisson, quant à lui, s’est fait buzzer à la première bouchée : du capitaine ou du brigadier congelé, à tout le moins, mais quelque soit son grade il diffuse une saveur forte qui a littéralement divorcé de l’aigre-doux de la sauce tomate en boite ! Tomate en boite, mes enfants ! Et si le gingembre est bien présent, on n’en voit pas traces, pas plus que celles des carottes du bon poisson gingembre chinois. Un plat métissé, sans doute, et certainement bon marché. 

Un bon point pour le riz, du grain long cuit ni trop sec ni trop en colle, et pour les lentilles, fort goûteuses et bien en crème où quelques lamelles de brèdes chou-de-Chine se promenaient. Nous terminons le repas avec des bananes « rôties », et un excellent gâteau de patate douce au franc goût d’anisette, comme on les aime. L’addition est sans surprise puisque clairement annoncée au début du repas : 20 euros par personne, tout compris. Notre portefeuille est content, mais nous pas vraiment, et pas vraiment surpris non plus. 

Dans le genre gargotte à touristes « zoreil tarmac », Chez Doudou fait fort. Il se fait fort aussi de passer les recettes traditionnelles créole à la moulinette de l’économie et utilise pour cela les vieilles ficelles du métier: couper le poulet en petits morceaux, pour faire quantité, donner des beignets en entrée pour que les estomacs soient bien remplis et les foies en surcharge, faire passer du poisson bas de gamme dans une sauce tape à l’oeil, mélanger les saucisses avec le boucané ultra-gras et utiliser tout le tremblement dans une formule buffet qui fait croire qu’on en a pour son argent. Bien entendu, nos amis touristes, déjà bronzés ou encore blancs comme neige (au sens propre comme au sens figuré d’ailleurs!) n’y voient que du feu (qui a dit :  « au Maïdo, c’est normal? »). Le restaurant n’étant ouvert que le week-end, nous pensons sincèrement qu’il est inutile de se farcir les virages du Guillaume et de la petite France exprès pour Doudou. Maintenant, si vous passez par là, pourquoi pas. Vous pourrez y déguster la tambouille créole pour zoreil ignorants, ce qui vous contentera le fondement mais rend pour le moment inaccessible la fourchette en argent. Nous décernons donc au restaurant « Chez Doudou » une fourchette en inox, en attendant un peu mieux, pour le respect de la tradition culinaire créole.

Pour résumer : 
Accueil : bien • Cadre : très bien • Présentation des plats : buffet • Service : bien • Qualité des plats : moyenne
Notre impression globale : moyen
Fourchette en inox