Le Champ-borne

[Visite en mai 2012]

Aujourd’hui, nous allons déjeuner au Champ-Borne, situé dans la localité du même nom, à quelques encablures du Beau Rivage que nous avons testé au mois de février dernier. Le restaurant est au bord de la route, vous ne pourrez pas le manquer : un bâtiment avec des baies vitrées qui laissent tout le loisir aux convives de profiter du paysage côtier. Si on tient compte de la salle intérieure réservée en général pour les réceptions, le Champ-Borne peut accueillir 200 personnes.

A la carte, les spécialités créoles classiques, y compris le cari bichique, mais aussi quelques grillades (bœuf, agneau et canard) et des plats chinois, de quoi contenter tout le monde. Notre préférence va vers un civet de coq, et le gallinacé affiche tout de suite sa généalogie : «fermier !», et un cari de bourgeois. Un achard de chou de coco viendra nous ouvrir l’appétit. La salle extérieure, de 80 couverts, est propre mais mériterait un peu plus de décoration. L’endroit est assez vaste pour qu’on puisse déjeuner sans gêner les voisins.

L’accueil est prévenant. Nous commandons et pour patienter on nous propose le punch maison : jus de fruit et grenadine avec du rhum blanc. Un cocktail simple mais efficace car léger et pas trop sucré. L’achard est servi chaud. La température nous fait monter aux narines des effluves de safran et de cumin et nous attaquons aussi sec. Le chou de coco est très finement émincé mais reste croquant. Bien sûr, à part une légère acidité, son arôme est complètement masqué par les épices sus-citées. Il n’en demeure pas moins très agréable et rempli son office : réveiller nos papilles gustatives. C’est tant mieux, car voici venir sans tarder le civet de coq, qui a assez belle allure. Les morceaux, d’une couleur marron tirant sur le rouge baignent dans une sauce généreuse (trop peut-être à notre goût, mais certains aiment imbiber leur riz), qui nous envoie le parfum musqué du girofle.  

 Notre fourchette atteste le lignage du volatile : c’est effectivement du coq fermier. Il faut dire que nous avons semble-t-il hérité des parties charnues et la viande est un peu sèche sous la dent, mais sans exagération. La cuisse de l’animal est plus onctueuse, et son état révèle une cuisson qui a dû être longue, bien trempée dans le vin. Parlons-en justement, du vin : s’il n’est pas avare en goût, s’il a parfaitement imprégn é la viande, il demeure tout de même assez sage, laissant presque le girofle dominer. Une juste dose de sel vient équili brer le tout, et le fumet du coq nous reste dans le nez pour notre plus grand plaisir. Un plat à respirer autant qu’à manger. Une petite touche de persil aurait été appropriée.  

Pour sa part le poisson fait presque aussi bien. Les morceaux baignent dans une sauce rouge, abondante et veloutée, où chantent en canon le gingembre et le combava. Ces derniers ne parviennent toutefois pas à effacer totalement l’odeur sucrée des tomates en conserve. La chair du poisson est de bonne tenue, sa texture un peu râpeuse étant largement compensée par celle la sauce. On ne saurait trop vous conseiller d’y rajouter une petite cuillérée de piment vert «crasé» (fourni), histoire de «tuer» définitivement l’arrière-goût des tomates en boîte, sauf si, bien sûr, vous aimez ça.

Nous terminons par un dessert maison : de la confiture de pamplemousse, servie en minces lamelles, à capella. Une merveille. Les amateurs de l’agrume fermeront les yeux et apprécieront son amertume caractéristique, largement domestiquée (mais non dominée) par le sucre. Un réel plaisir physique, comme une décharge d’électricité dans la colonne vertébrale. Nous nous disons alors que l’affaire passerait bien avec un magret de canard saignant, disponible à la carte, mais accompagné de letchis. Faites-en donc l’expérience : laissez tomber l’accompagnement aux letchis (qui n’est pas de saison, en plus) et demandez plutôt le pamplemousse ! Une expérience intéressante, gageons-le ! Addition : 55 euros pour deux plats, avec une entrée et un dessert. Compte tenu de la qualité globale, c’est assez honnête.

Sur la route de Champ-Borne, voilà un restaurant sans prétention qui propose une cuisine de bonne facture. Il y aurait encore quelques progrès à faire pour atteindre la qualité de la cuisine créole authentique, telle que nous la recherchons dans cette rubrique, mais vous ressortirez du Champ-Borne relativement satisfaits, et la peau du ventre bien tendue. Libre à vous d’aller digérer avec une petite marche jusqu’à l’ancienne église en profitant de l’air marin. Conséquemment, nous attribuons à cet établissement une jolie fourchette en argent.

Pour résumer :
Accueil : très bien • Cadre : moyen • Présentation des plats : moyen • Service : très bien • Qualité des plats : bons
Notre impression globale : bonne table
Fourchette en argent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.