Le Ptit Bambou

Aujourd’hui nous faisons escale au P’tit Bambou, restaurant plus chinois que créole, comme son nom le suggère, stratégiquement posté depuis vingt ans dans une petite case pile en face de l’église de Salazie et juste à côté de la mairie. La situation de l’établissement permet de surcroît d’avoir une plaisante vue sur le village. 

Vous pouvez déjeuner dedans, la salle d’une cinquantaine de couverts est décorée simplement mais avec goût, ou sur la terrasse. Une petite surface gazonnée permet aux enfants de jouer.

Au menu ce midi : assiette de boudin accompagnée de salade, sauté de poulet aux chouchous, rougail saucisses ou rougail de morue au chouchous, puis gâteau. La carte est typique des restaurants chinois : poulet, porc et boeuf sont proposés sous diverses déclinaisons, sautés ou en shop-suey, avec quelques originalités comme le « sauté de boeuf sur lit de cresson ». Quelques plats créoles sont présents, comme l’irremplaçable rougail saucisses ou le cari de camarons. Nous choisissons le menu, avec la morue, plus un gratin de chouchou et un sauté de poulet aux gros piments. C’est parti !

Le gratin de chouchou est un modèle du genre. Toutes les saveurs s’y combinent sans se marcher dessus permettant d’apprécier la fraîcheur d’un chouchou superbement parfumé, visiblement trié sur le volet, et de se délecter du fromage fondu qui ne vous agresse pas les gencives. Le légume y figure en morceaux assez gros pour pouvoir libérer ses arômes subtils quand on y mord. Les épices, thym et poivre subliment tout ça avec un sel bien dosé, en s’aidant de la béchamel onctueuse pour glisser sous le palais. Le boudin quant à lui est du matin. Sa texture fondante et veloutée qui exhale son fumet de sang cuit ne laisse aucun doute. S’il a été réchauffé, c’est fort modérément car la peau n’a pas rétréci sur les bord. Et le bougre est sacrément pimenté, ce qui ne nous dérange guère. La petite salade verte croquante vient à propos pour apaiser ce coup de sang, avec une vinaigrette discrète. Un seul bémol : les portions sont quelque peu homéopathiques.

Le service, réalisé à deux, est un modèle d’efficacité. Le temps que l’odeur de boudin prenne la tangente et les plats de résistance font leur apparition. Le rougail morue aux chouchous nous paraît d’entrée un peu clair. Nous nous attendions à le voir plus coloré que ça. En bouche, le plat n’est pas désagréable intrinsèquement. L’équilibre gustatif entre la salaison et le chouchou est correct, laissant les deux parties s’exprimer, et le sel aussi. La morue a semble-t-il évité l’huile chaude, elle semble plutôt être passée au hamam, ce qui lui confère une texture plus tendre en raccord avec celle du chouchou, ce qui aboutit à une homogénéité du plat. Le mariage du chouchou avec la viande ou le poisson peut être délicat. Le légume étant gorgé d’eau, il est susceptible de noyer son partenaire. Ce n’est pas vraiment le cas ici mais nous déplorons tout de même un certain manque de punch gustatif. Le piment « crasé » aux oignons aide un peu quand même.

Le sauté de poulet en comparaison est une explosion tonitruante, faisant passer nos papilles d’une atmosphère éthérée de moines zen en méditation à la folie débridée d’une avenue de Rio en plein carnaval. Macérés dans une sauce d’huître rappelant la sauce grand-mère avec des lointaines humeurs musquées, les émincés sont tendres et savoureux. Les morceaux de gros piments sont en nombre, avec quelques poivrons verts, mais ne sont pas là « pour faire le tas » comme dit le créole. Ils envoient sans ménagement leur puissance et leur saveur sitôt que les dents les ont croqués, au travers d’une humidité poivrée qui fait la révolution dans nos glandes salivaires. Le résultat est cousu de fil blanc : « encore, encore ! » Un mot sur les pois du Cap : très bons, avec un respectable fumet, mais à la sauce un peu liquide.

Une bonne carafe d’eau là-dessus, et ces émois ne sont plus qu’un doux souvenir, ce qui laisse la place nette pour le gâteau : un « ti-son ». Ce dessert créole traditionnel a été souvent l’objet de notre courroux. Et pour cause : secs comme un coco de pain rassis, étouffes-chrétien en plein carême, sans plus de goût qu’un vieux pop-corn lyophilisé.

Pas aujourd’hui. C’est la première fois depuis on ne sait plus quand que nous dégustons avec plaisir un bon gâteau ti-son des familles, moelleux, délicatement sucré, avec son arôme de vanille en finale et qui, ventre-saint-gris, a un goût de maïs ! Ce qui est quand même un minimum. Le petit coulis de fraise par dessus lui apporte une acidité sensuelle qui clôt le repas avec bonheur.

Addition : 37 euros pour deux personnes hors boissons. Assez correct compte tenu de la qualité globale.

Le P’tit Bambou a été, il y a bientôt quatre ans, notre restaurant test avant le lancement de cette rubrique. Vous pouvez d’ailleurs retrouver cette critique sur notre blog. Il avait à l’époque récolté d’une fourchette en inox, note qui se voulait moyenne.  De l’eau a coulé dans la Rivière du mât et on peut dire qu’aujourd’hui, la qualité de ce que nous avons dégusté est bien au dessus de la moyenne, malgré un mariage chouchou-morue qui ne nous semble pas heureux, de notre point de vue. Cadre agréable, accueil sympathique, service impeccable, quelques produits frais et un chef qui assure en cuisine, que demande le peuple ? L’établissement est une bonne escale avant de pousser plus loin voir les merveilles du cirque. Pour ce bon repas nous lui attribuons donc une fourchette en argent, avec recommandation de l’équipe.

Pour résumer :
Accueil : bien • Cadre : très bien • Présentation des plats : bien
Service : très bien • Qualité des plats : bons
Impression globale : bonne table
Fourchette en argent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.