Le Relais des Plaines

1098Aujourd’hui nous grimpons chercher la fraîcheur à la Plaine des Palmistes. Nous avons choisi de tester le Relais des Plaines, restaurant ayant pignon sur platanes depuis deux ans au pays des goyaviers et logé dans une jolie maison créole avec son avancée polygonale et ses fenêtres à petit carreaux. La salle d’une quarantaine de couverts est vaste. Un espace qui vous permet de vous installer à l’aise sans profiter des conversations des voisins.

On nous accueille avec grand sourire et nous découvrons une carte variées, très orientée créole, surtout pour les entrées où samoussas, bouchons et piments farcis ont la part belle. Le rougail saucisses y tutoie les cuisses de grenouilles, et le magret de canard côtoie le cari de crevettes. C’est justement sur ces crustacés que nous jetons notre dévolu. Le cari et le sauté de crevettes aux gros piments vont passer un sale quart d’heure !

Nous goûterons également, en passant, de l’espadon frais au menu du jour. Les prix s’étalent entre 12,50€ et 16,50€. Nous notons que trois plats végétariens sont également proposés : un sauté de légumes, une omelette et un gratiné de légumes à la crème. Louable initiative.

Nous snobons les fritures péi pour attaquer les plats direct, afin de d’avoir les papilles toutes vierges pour apprécier les crustacés, qui le valent bien.

Le service est assez rapide. Nous avons à peine patienté avec des petites olives au cumin.Le sauté de crevettes aux gros piments nous interpelle tout de suite : une légion de carottes a envahi les pauvres gros-piments ! C’est une erreur sur l’intitulé ou bien le chef a décidé d’écouler le stock de carottes. Passé la surprise, va pour les carottes. Elles sont au moins assez croquantes, comme les bouts de brèdes chou de Chine bien fraîches, et accompagnent les crevettes sans leur faire de l’ombre. Celles-ci sont divines dans leur enrobage de sauce fleurant bon un siave poivré. 

Les crevettes sont souples et cèdent sous la dent avec une résistance de pure forme, libérant leur saveur unique, qui eût été toutefois plus intense si les crustacés n’avaient été livrés en tenue d’Eve. En effet, même si la présence des carapaces vous transforme les assiettes en chantier, et le repas en cérémonial de décorticage patient, chacun sait que la substantifique essence du divin goût de la crevette fuse au broyage et suçage de sa dure robe orangée.

Le cari est dans la même veine, avec des crevettes aux humeurs de gingembre qui donnent donc plus de voix. La sauce, modérée en quantité mais parfaite en goût, vient nous colorer le riz, et les grains excellents, en crème, au thym lumineux, apportent tout leur velouté dans cette affaire pour notre plaisir non dissimulé. Le piment vert « crasé » sublime parfaitement le plat. Du coup, le riz à presque un air de « pas assez ». Notre voisin nous invite à déguster un peu de son espadon. Nous mesurons alors l’expertise du chef dans la cuisson du pélagique, mesuré au centième de seconde. La chair cède en un moelleux parfait et nous diffuse dans les gencives son délicat fumet, doucement, amplement.  Tous les plats sont parfaitement dosés en sel. Du ni trop ni trop peu qui sied très bien au poisson en l’occurrence.

Les plats repartent à peu près vides, sauf quelques frites de-ci de-là, et nous demandons une crêpe au goyavier pour le dessert.

La crêpe est tiède et très bonne. La gelée de goyavier est parfaite. La glace à la vanille qui les accompagne est délicieuse. Belle triplette donc, qui nous enjoue la glotte si tant est qu’elle en eut encore besoin.

Addition  : 32 € pour deux caris et un dessert, sans compter les apéritifs. Un rapport qualité prix qui tient la route.

Cela fait donc deux ans que le Relais des Plaines régale ses clients. Alice et Arnaud Bailly (lequel a été formé au Centhor) ont bien mis en valeur l’endroit, et ont semble-t-il trouvé leur rythme de croisière. En ce qui nous concerne ce fut une sortie heureuse. De la bonne cuisine créole bien faite, avec de bons produits ; une carte qui sait contenter tout le monde, et tous les porte-monnaies. Accueil correct, belle salle confortable, et le service semble efficace par temps calme. Pour bien faire, il faudrait juger en plein « coup de feu », dans une salle pleine. Nous déplorons tout de même la pauvreté de la carte en produits du terroir, comme le goyavier ou le fromage des plaines, sous toutes ses déclinaisons. Rien ne dit que le magret, par exemple, est accompagné d’une sauce au goyavier. Si les baies ne sont plus de saison, leurs produits transformés sont présents toute l’année. En attendant,  nous décernons au Relais des Plaines une très belle fourchette en argent avec recommandation de l’équipe.

Pour résumer : 
Accueil : bien • Cadre : bien • Présentation des plats : bien
Service : très bien • Qualité des plats : très bons
Impression globale : très bonne table
Fourchette en argent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.