Le Régal Est

Il est un humour météorologique créole qui dit qu’à Saint-Benoît, il y a deux saisons : la petite saison des grandes pluies et la grande saison des petites pluies. On a dû passer entre les deux car aujourd’hui, il ne fait pas si mauvais que ça, bien que le ciel soit couvert.

 P1080623web

C’est dans cette sous-préfecture que nous nous sommes donc arrêtés afin de déguster la cuisine du Régal’ Est, restaurant créole et métro ayant ses quartiers en mezzanine du marché couvert. Plancher de bois, fougères aux murs, tables joliment dressées, plus la vue sur le marché, le décor est assez plaisant pour vous mettre en appétit, et l’on oublie vite la chaleur que quelques ventilateurs s’épuisent à atténuer.

Point de menu du jour ici, c’est donc dans la carte, très riche, que nous puiserons les deux plats pour notre test. 

7 entrées froides, 7 entrées chaudes, 9 caris à base de poissons et crustacés, 9 caris à base de viande, 17 plats d’inspiration métropolitaine (poissons et viandes), plus 1 plat végétarien et deux menus enfants, soit une cinquantaine de plats, sans compter les desserts. Ce n’est plus une brigade qu’il faut en cuisine, mais un régiment, ou bien le chef et ses adjoints sont des Luky Luke de la poêle à frire, ou bien une bonne partie des plats est surgelée. Nous ne nous attendons donc pas à trouver ici (que) des caris cuisinés avec des produits frais et pourtant, l’un d’entre eux est annoncé comme tel : le poisson rouge, que nous commandons, avec un rougail zandouilles.

Pour le reste, cari bichiques (en saison), bouillon coquilles, rôti de sanglier « des hauts », civet d’oie,  boucané brèdes manioc et cari zanguilles ont le mérite de sortir des éternels sentiers battus par les caris de poulet et rougail saucisses, qui sont aussi présents.

Nous goûtons d’abord au rougail zandouilles. Notre première impression est plutôt bonne. La charcuterie est présentée en petits morceaux, avec une sauce convenable à l’aspect et à l’odeur. La cuisson est correcte. Tout est assez tendre, les foulures de mâchoire ne sont pas à craindre. En revanche, si la sauce affiche un petit arrière goût sucré qui compense un sel du coup raisonnable, le tout manque de relief. Le poivre est éteint et le fumet de l’andouille est somnolent. C’est assez bon pour finir le plat mais cela ne fait pas d’étincelles.

Le poisson pour sa part, de petite taille, est présenté entier, baignant dans une belle sauce jaune orangée. Nous nous étonnons d’abord de la discrétion olfactive dont il fait preuve, mais la dégustation est sans appel. Nous avons le sentiment d’être pris pour ce que nous avons mangé juste avant!

En effet, sur la carte il est bien mentionné « poisson rouge frais ». Si « frais » veut dire en l’occurrence « refroidi », c’est bien le cas, car il est patent que l’animal a subi les outrages d’une congélation prolongée, et cela fait naître aussi quelques doutes sur son arbre généalogique. S’il sort de nos eaux, celui-là, il est bien mal fagoté. Sa chair se délite en lamelles au goût de plastique qui n’ont aucune espèce de fondant et dont une partie reste accrochée à l’arête centrale. Si la sauce n’est pas trop mal réussie, elle n’a pas cette épaisseur légèrement gluante qui fait habituellement son charme. Cette dernière et le poisson, plutôt que de s’imbiber et se mélanger mutuellement, se regardent en chiens de faïence comme si la bestiole encore froide avait été larguée dans le jus sans plus de manières.

Elle ressemble comme deux gouttes d’océan à un autre congénère que nous avons croisé au détour d’un meuble frigorifique au supermarché. Déçus nous sommes, même si l’ensemble est mangeable, elle est loin la magnificence du cari de poisson rouge traditionnel.

Passons sur les accompagnements : un rougail concombre ordinaire et des haricots blanc, en boite, trop salés.

Addition : 37 euros pour deux personnes, hors boissons, sans entrées et sans dessert. Cher pour ce que c’est.

Avec ses atours jolis, le Régal Est fait de l’épate, mais ça s’arrête là. Le ramage n’est pas à la hauteur du plumage. Fondamen-talement, la lecture de la carte est révélatrice de ce genre de restaurant – cantine, qui, pour ratisser large, propose une palanquée de plats, dont certains notons-le quand même, ne manquent pas de panache. Mais le client exigeant, lui, n’est pas dupe. Il ne s’attend pas à y trouver des plats préparés avec amour et des produits de qualité, mais une cuisine ordinaire faite à l’économie, et surtout rentable, derrière le maquillage et les froufrous. Après tout pourquoi pas, si c’est la politique de la maison, mais nous trouvons l’addition un peu salée, sachant que pour ce prix là, on a davantage de qualité (voire de quantité) ailleurs. 
La cuisine du Régal’ Est n’est pas mauvaise, mais elle manque singulièrement de caractère, si l’on se base sur les plats que nous avons dégustés. La fourchette en argent est manquée de peu. Sous réserve de plats miraculeux ou tout au moins mieux exécutés et avec des produits vraiment frais, nous ne pouvons qu’adresser au Régal’ Est une fourchette en inox.

 
Pour résumer : 
Accueil : bien • Cadre : très bien • Présentation des plats : bien
Service : moyen • Qualité des plats : moyen
Impression globale : moyen
Fourchette en inox

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.