Le Reflet des îles

P1090361Aujourd’hui, nous décidons de remettre le couvert au Reflet des îles, à Saint-Denis. Nous avions octroyé à l’établissement une fourchette en argent en 2011, et depuis, des avis divers nous sont parvenus, de plusieurs sources, tantôt bons, tantôt moins bons. Son concurrent le Fouquet, dans le bas de la rue Jules-Auber, ayant tiré sa révérence, les « gros » restaurants créoles dionysiens se réduisent à plus grand-chose. Compte tenu de cet état des lieux, il nous a paru opportun de faire une mise à jour de fourchette, presque 4 ans plus tard.

Toujours la même bâtisse en bois, plutôt bien entretenue malgré son grand âge. Toujours le même personnel, avec quelques nouvelles têtes. Toujours le même patron souriant derrière son comptoir, qui veille au grain comme mère poule ses poussins. Nous nous installons tout au fond, avec un angle de vue à 90° sur les différents espaces du restaurant, où près de 170 couverts attendent les clients qui, par l’odeur alléchés, franchissent la petite porte vitrée, sourire aux lèvres après avoir lu le menu du jour affiché à l’extérieur.

Neuf plats et desserts parmi lesquels un gratin de palmiste, une pintade combava, un rougail morue gros piment, des côtes d’agneau grillées, un civet zourite, un rôti de langue de bœuf sauce diable, lequel bien sûr, s’attend. La carte, quant à elle, est toujours aussi (trop ?) riche et adopte une présentation moderne et soignée, avec le mot du patron. 14 entrées diverses, 12 grillades de viande, 6 brochettes et 6 poissons grillés, 21 caris, du cari zanguilles au cari de porc palmiste en passant par les massalés, et presque une trentaine de desserts, glaces comprises. Ouf !

Nous entamons le repas avec une assiette créole mixte, sorte de marronnier des cartes des restaurants créoles, avec diverses fritures à déguster. Un achard de légumes et du boudin viennent accompagner les beignets de morue et de bringelle. Ces derniers sont assez bons, pas trop gras, comme ce peut être le cas par ailleurs. Le goût un peu piquant de la tranche de bringelle n’est pas noyé dans l’huile, ce qui lui conserve tout son intérêt. 

Bémol en revanche sur les beignets de morue. Comme il y a quatre ans, mais en moins bourratifs. Pâles choses à côté des merveilleux acras de nos souvenirs d’il y a plus de vingt ans. C’est le goût de la pomme de terre qui domine, éteignant celui d’une morue de toute manière fadasse et livide. Ancun intérêt. 

Le boudin est de bonne facture. Sa texture peu dense respire et nous fait profiter d’un cumin étonnant mais pas du tout désagréable, assorti d’une belle attaque pimentée qui vous accroche les papilles comme du velcro.

Les achards ne déçoivent que par leur présentation : en tas ! Il est bien compréhensible que hacher à la main les légumes pour un restaurant de cette taille n’est pas chose faisable, mais quand même. Juste quelques morceaux finement découpés suffiraient à présenter l’affaire et donner en bouche un croquant plus valorisé. Une petite verrine, par exemple, donnerait du cachet. Le goût, lui, demeure dans les canons du genre.

La pintade et les crevettes suivent rapidement. Le service, tablette en mains, est toujours aussi efficace et professionnel.

Le cari de pintade combava est dans l’ensemble correct. Belle sauce rouge enveloppante, beau nez d’épices avec un combava respectueux, petit fumet de cuisson. Tout y est. Heureusement. Car si la pintade nous offre sans surprise sa chair aux atours secs, dans la limite du tolérable, sa saveur intrinsèque est en berne. En bouche le combava est fugace, en faisant plus d’effet dans les sinus. Le cuisinier a comme qui dirait péché par excès de prudence, tant le parfum envoûtant de l’agrume peut se révéler très vite agressif, voire écoeurant, en cas de sur-dosage. Nous préférons ça.

Les crevettes jouent un ton au dessus. Pimentées à la demande, celles-ci sont cuites de manière experte puisqu’elles offrent souplesse et résistance, juste assez pour un croquant délicat qui envoie illico leur saveur, soutenue par un gingembre courtois. Le piment, vert et frais, à vue de nez, est dosé dans la juste quantité pour autoriser un plaisir masochiste et larmoyant au touriste de deux jours. Point de force brute pour autant, mais son parfum piquant inimitable porte le cari comme un prince sa dulcinée. 

Les accompagnements ne dénotent pas. Bon riz, servi généreusement, grains veloutés sans prétention mais bons, des brèdes chou-de-chine croquantes et très goûteuses. Le rougail « zognon » est standard, le rougail tomate commun, le rougail margoze est quant à lui bienvenu, surtout avec les crevettes auxquelles il confère un autre caractère, comme si la dulcinée changeait de robe, et demeurait tout aussi belle quoique différente.

Nous terminons par des bananes flambées, préparées à table. Un peu dures mais savoureuses.

Addition : 55 euros pour deux personnes (une entrée, deux plats, deux desserts), soit 27,50 euros par personne sans les boissons. C’est cher. 

Les détracteurs de tout acabit peuvent continuer à dire que Le Reflet des îles, ce n’est plus ce que c’était, que c’est la cantine, qu’on ne s’entend pas parler, etc. Et il y a certainement un peu de vrai dans tout cela. Il était donc bon que nous y retournassions afin de nous faire notre propre opinion. Et celle-ci est bonne, compte tenu de ce que nous avons dégusté aujourd’hui. Maintenir plus de 40 ans un établissement comme celui-là avec une telle fréquentation n’a d’autre explication qu’une qualité générale supérieure à la moyenne et surtout constante. Il y a certainement des plats moins bien réussis, en fonction des circonstances, mais David Banon, fervent défenseur de la tradition créole, veille. Indéniablement, c’est une performance, et des jaloux doivent maigrir devant ! Bien entendu, rien n’est encore parfait. Il manque à la carte une touche d’originalité, de nouveauté, histoire de surprendre le client. Une prise de risque qui est le signe de la vitalité et de la créativité, comme nous l’avons vu dans d’autres établissements. Un renouveau dans la présentation ne serait pas du luxe non plus, sans forcément jeter les bonnes vieilles petites marmites. Enfin, les tarifs, peut-être justifiés, sont toujours élevés. Nous chicanons à dessein, mais constatons avec grand plaisir que Le Reflet des îles est toujours au niveau. Celui d’une fourchette en argent avec recommandation de l’équipe !

Pour résumer : 
Accueil : bien • Cadre : bien • Présentation des plats : bien
Service : bien • Qualité des plats : très bons
Impression globale : bonne table
Fourchette en argent

Une réflexion sur “Le Reflet des îles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.