Planète Vegan

P1000325

Dans le milieu de la restauration en général et de la restauration à La Réunion en particulier, les menus végétariens, végétaliens ou végans se sont faits une petite place.

Nombre d’établissements proposent des plats « végé » à leur carte, et certains ont même tenté de ne proposer que de la cuisine végétarienne, parfois sans lendemains. Difficile en effet de tenir dans ce créneau là. Pourtant, la clientèle existe. Outre les végétariens convaincus, élevés ainsi depuis l’enfance, et les convertis, (souvent suite à une prise de conscience de la nécessité de manger plus sain) La Réunion compte aussi les végétariens occasionnels, qui s’astreignent à des obligations d’ordre cultuelles.

Planète Vegan, dont nous avons testé les plats sur trois jours, n’est pas (encore) un restaurant « classique », mais une entreprise de fabrication et de livraison de repas végétariens. Une petite entreprise qui fait son bonhomme de chemin et que nous avons sollicité pour découvrir la variété et la richesse de la cuisine végan, au travers d’une critique sans concession.
Nous avons en effet souhaité mettre leurs plats sur le même pied d’égalité que tous les autres plats testés lors des critiques gastronomiques. Planète Vegan a cependant eu un avantage, et non des moindres : savoir que ses plats sont soumis à une critique. Ce qui n’est pas le cas lors de nos visites puisque celles-ci se font à l’improviste. On pondérera quand même cet avantage car les plats qui nous ont été livrés sont les mêmes que ceux figurant au menu du jour, et nous pouvons raisonnablement penser qu’ils ont été tous préparés de la même façon. Cette petite explication étant faite, passons donc aux choses vraiment sérieuses.

Mardi

– Taboulé fraîcheur 
– Brochettes de soja accompagnées de riz parfumé, haricots coco rosé, 
brèdes et rougail tomates 
– Cake à l’ananas frais.

Le taboulé entame de belle façon notre repas. Même si nous préférons de loin la semoule dans un bon coucous, celle-ci est tout a fait présentable. Cuite comme il faut, les grains sont détachés tout en étant moelleux et ne font pas de grumeaux. La menthe aurait pu y être plus présente, mais elle n’est pas pour autant timide. Celle-ci côtoie des petits morceaux de concombre joyeux et des raisins secs qui délivrent leur humeur sucrée avec justesse. Tout ça est frais comme la rosée du matin.
Suit une barquette qui n’aurait pas dépareillé dans un snack créole bon teint. Riz, grain, et brèdes Chou-de-Chine accompagnent des brochettes de soja. A la vue comme au goût, on jurerait que c’est du poulet. Les brochettes ont vraissemblablement mariné dans une sauce aigre-douce, dont le doux est plutôt sage d’ailleurs. Leur texture est presque celle d’un blanc de poulet passé au mixeur. C’est assez bon. Les brèdes assurent. Leur fraîcheur nous monte au nez comme pour dire “on a été cueillies ce matin”, et leur saveur franche confirme le fait.
Les grains rosés sont corrects. Peut-être eussent-il été plus présentables s’ils avaient été plus en crème, mais étant bien cuits, il n’y a pas beaucoup de reproche à leur faire. 
Même genre de remarque concernant le rougail tomate. Son goût est correct, son piquant est au minimum syndical (la faute à notre palais créole en kevlar sans doute), mais il aurait pu être présenté plus hâché que ça, ou même écrasé dans un bon vieux pilon !
Un petit cake à l’ananas ferme la marche joliment. Nous n’avons quasiment gobé d’une seule bouchée, à la gourmande, pour apprécier son parfum et son moelleux.

Mercredi

– Tarte salée à la provençale accompagnée d’une salade composée.
– Salade asiatique : salade verte, concombre, pousse de soja, cacahuètes pilées, 
dés de brochettes de soja épicées, citron vert.
– Base compote de pomme à la cannelle , une couche de pommes caramélisées, 
une couche de yaourt de soja nature et une pluie de spéculos.

Voyage en Asie et en Provence ce jour là. La tarte salée est composée d’une pâte tendre qui soutient une compotée de tomates et d’oignons recouverte de tranches de courgettes. Un petit passage au micro-ondes est souhaitable mais pas obligatoire. En revanche, la tranche de tarte a quelque peu subi les virages. Elle est présentable mais il s’en est fallu de peu que non. La dégustation révèle une belle affaire : la compotée est magnifique, puissante et toute ensoleillée des parfums de thym(g) et de romarin(g), avec une acidité maîtrisée et une juste dose de sel. Là-dessus les courgettes semi-croquantes font ce qu’elles peuvent, mais le font bien.Nous retrouvons dans la salade le soja d’hier (si ce n’est lui, c’est son frère), qui s’accomode très bien des autres ingrédients d’ailleurs. Tout ça est croquant à souhait et les cacahuètes y apportent avec bonheur leur saveur addictive. On allait dire “heureusement”, sans quoi ça manquerait un peu de caractère à notre goût. Du rab de menthe aurait été bienvenu, surtout avec les rouleaux de printemps qui accompagnaient la salade. Des rouleaux frais et bons, mais vraiment trop timides gustativement.Rien de gravissime, d’autant que l’excellente vinaigrette moutardée et la sauce aigre-douce nous secoue tout ça comme il faut.
Le dessert est un bonheur. Nous avons joyeusement mixé pommes, yaourt et spéculos comme un gamin privé de douceurs depuis un mois. La cannelle en dénominateur commun nous fait un sitting nasal, et magnifie la variété de texture entre l’épaisseur du yaourt, le sablé des spéculos et le croquant-spongieux des morceaux de pommes.

Jeudi

– Piments farcis
– Burger classique accompagné d’une petite salade fraîcheur 
et d’un écrasé de pomme de terre.
– Crème de coco à l’agar agar

De notoriété publique, hélas, trouver des bons piments farcis relève de l’exploit. Sauf si bien sûr vous avez un parent ou un ami qui vous cuisine ça comme il faut, ou en tout cas comme nous considérons qu’il faudrait : la pâte fine et croquante et le piment fort. Oui, sinon, quel intérêt franchement de farcir un piment ? Autant farcir des courgettes, des poivrons ou on ne sait quoi d’autre.

Les piments farcis de Planète Vegan ont une pâte assez fine, mais molle, qui entoure une farce épicée sagement dans un piment croquant et… musclé ! L’un dans l’autre (c’est le cas de le dire) se pose sans difficulté par rapport aux tas de graisse sans goût ni sentiment qu’on trouve un peu partout, surtout en stations service, mais tient aussi la dragée haute à des piments plus présentables comme ceux de Taïlou (Hello Victorine, on adore tes samoussas mais tu sais ce qu’on pense de tes piments, mh ?).
La roquette donne à la petite salade du jour la pêche que sa devancière n’avait pas. Et on retrouve la même dans le burger. Et là, errare humanum est si nous nous fourvoyons tant haute nous avons mis la barre, mais le burger fait « ploc ».
C’est pas mauvais en soi, mais c’est un peu éteint. On ne s’attendait pas à du rock endiablé, mais le steak végé, qui tient la place de la viande d’un burger classique, nous joue de la musique de chambre au lieu d’une belle balade rythmée. La tapenade tartinée essaie quand même de mettre de l’ambiance, mais sans trop de succès. Et le pain n’arrange rien, au contraire. Ce n’est sans doute pas simple de trouver (et de garder) du bon pain à burger. Celui-là en tout cas s’effrite en petit morceaux et nous semble absorber, pour faire disparaître, le peu de saveur de la garniture; comme une vieille éponge. Oublions le burger.

Les pommes de terres écrasées arrivent comme la cavalerie. Quelle douceur, quel velouté, et quel fumet. Sont-ce juste les miettes d’oignons éparpillées qui éclatent sous les molaires qui donnent ce subtil parfum ou des filets de harengs auraient-ils également dormi sur ce matelas de patates ? Très très bon.

La crème de coco nous rejoue la même partition, version sucrée cette fois. Si vous ne connaissez-pas l’agar agar, cette composition vous séduira. Le coco s’y éclate ! Et tout ça est si frais, et descend si vite ! On en redemande.
Fin des hostilités. Chaque jour, il ne restait pas grand chose sur la table. 

Résultat global très positif donc pour les menus de Planète Vegan, avec des plats originaux, frais et savoureux. Nous ne nous attendions pas à moins. Les béotiens, blanc-bec et autres bleusailles de la cuisine vegan pourront découvrir que cette dernière est très variée, à des années lumières des clichés “manger lapins” encore trop vivaces. Et Planète Vegan l’aura d’autant plus prouvé qu’à aucun moment nous n’avons trouvé d’assaisonnement indien comme c’est souvent le cas à La Réunion dans ce type de restauration. Même s’ils l’ont eux aussi à leur carte. Et ça, franchement, c’est fort. Nous souhaitons à toute l’équipe de Planète Vegan de pouvoir continuer à faire voyager ses clients, végés ou non, avec leur cuisine saine et estivale, dans le souci constant de toujours mieux faire. Qu’est-ce que ça vaut ? Comment “quelle fourchette ils ont eue” ? Une fourchette en argent bien sûr !

Pour résumer : 
Accueil téléphonique : Très bien • Cadre : sans objet • Présentation des plats : aucune
Service (livraison) : bien • Qualité des plats : bons • Rapport qualité-prix: bon.
Impression globale : bonne table
Fourchette en argent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.