L’Auberge gourmande

UNE AUBERGE GOURMANDEE
(par Louna Sanphi)

Aujourd’hui notre visite nous emmène à la campagne, à Tan Rouge, sur les hauteurs de Saint-Gilles-les-hauts. Nous testons l’Auberge gourmande, « restaurant gastronomique du Sud-Ouest » dit la pancarte à l’entrée du chemin Crescence où se trouve l’établissement. Pour y arriver vaut mieux avoir un bon GPS. Le restaurant a un parking en terre, qui ce jour-là est boueux puisqu’il a plu. Un aménagement ne serait pas superflu.

L’accueil
Nous passons un grand portail pour arriver à l’entrée du restaurant. Dans le hall , nous sommes accueillis par des volatiles en cage. En face nous avons un buffet avec quelques shaffing dish en place, vides. Nous apprendrons par la suite que le buffet n’est servi que le dimanche. Nous finissons par apercevoir une âme : la serveuse. Celle-ci, cartes en mains, nous installe aussitôt à une table au fond de la salle qui donne sur un magnifique jardin créole. Nos yeux n’en reviennent pas, il y a dans ce jardin de magnifiques fleurs comestibles, comme la pensée par exemple, avec lesquelles le chef peut s’amuser.

La salle
Elle se compose en deux parties : l’une est destinée aux groupes avec de grandes tables, l’autre avec des tables de 2 ou 4 personnes. Dehors des tables et chaises en bois vernies sont sans doute en service le dimanche.

La carte
Elle est bien remplie, on va dire même trop : une quinzaine de plat de la terre , 6 plats de la mer, 10 entrées, 9 desserts. Notre choix s’arrête sur un foie gras poêlé au vinaigre balsamique, un feuilleté au ris de veau, une assiette de la mer au basilic, une cassolette de lentilles de Cilaos, pour terminer pour cette bonne vieille pêche melba.

Foie gras poelė au caramel balsamique
Un si bon produit servi avec décoration à la va-comme-je-te-pousse : une branche de thym piquée au milieu, un radis et de la salade. C’est tout ? Où sont les bons produits frais de cette campagne environnante, comme un chutney de mangue par exemple? Rien que les comestibles qui ornent cette bâtisse auraient leur place sur cette assiette. N’y voir qu’un malheureux radis et de la brunoise de poivrons rouges c’est très décevant, d’autant plus le foie gras souffre d’un souci de cuisson : il est cru à l’intérieur. Il passe conséquemment assez mal.

Le feuilleté aux ris de veau et aux champignons
Il est servi sur une très grande assiette avec une sauce très légère et sans goût particulier, et de la salade. Le feuilleté est friable, les ris sont bons et ont subi les étapes cruciales* avant d’être travaillés. En revanche nous ne trouverons aucune trace de champignons, où alors ils étaient bien cachés. Ce n’est peut être pas la saison remarquez. Nous regrettons la vulgaire salade pour un met aussi délicat et cher, ainsi que la baguette blanche de supermarché.

*Avant de cuire cet abat , il convient de le dégorger si besoin , puis de le blanchir (recouvrir d’eau et porter à ébullition on pourra de cette façon enlever plus facilement la fine pellicule qui le recouvre).

Assiette de la mer au basilic
Une assiette quelconque composée de gambas recouvertes d’une sauce à l’Américaine à laquelle on a ajouté du basilic, plus deux moules persillées. Un peu court pour baptiser ça « Assiette de la mer » tout de même. Le dressage, là encore, laisse à désirer. Au goût, c’est moyen. Les crustacés sont trop cuits et les moules trop sèches.

Cassolette de lentille de Cilaos

Nous y voilà : enfin un plat exécuté à  la perfection ! Des lentilles crémeuses, des saucisses au bon goût d’épices comme il faut, et un excellent boucané fondant. Vraiment rien à dire. Nous sentons que le chef maîtrise ce genre de plat. On ne parlera pas de la pêche Melba qui reste un dessert classique, d’ailleurs la carte dessert n’en contient que ça. Totalement impardonnable en cette saison où les fruits abondent. Mais peut-être que les mangues et les letchis sont encore trop chers ?
Addition : 70€ pour 2 avec 1 dessert et 1 bouteille d’eau, cher pour ce qu’on nous a proposé

Aujourd’hui, au restaurant l’auberge gourmande, nous avons été un peu déçus. Tout cela ressemble à de la cuisine d’apprentis, voire d’amateurs : dressage un peu léger, aucune recherche, pas assez de produits locaux. Pourtant tous les atouts sont là pour nous en mettre plein la vue et les papilles : le lieu d’abord, une belle demeure créole située à la campagne où les producteurs ne doivent pas manquer. Nous avons de la chance d’avoir toute l’année des fruits et légumes de choix, il faut juste avoir des idées de préparations, faire travailler son imagination et ne pas s’endormir sur ces classiques ennuyeux. Faire une gelée de capucine accompagnant le foie gras poêlé, proposer des petits pains aux fruits, par exemple, et surtout pas un radis ridicule et cette salade envahissante.
En dégustant la cassolette aux lentilles de Cilaos nous avons senti un potentiel qu’il convient d’exploiter davantage : de la bonne cuisine créole authentique au feu de bois. Et pourquoi pas garder quelques plats d’inspiration métropolitaine, à condition de les travailler un peu mieux. Il ne faut pas oublier que de nos jours les restaurants rivalisent d’inventivité pour garder leur clientèle, et pour des tarifs toujours plus concurrentiels.
Enfin, nous ne le répéterons jamais assez : qui trop embrasse, mal étreint. Il faut arrêter avec les cartes à rallonge. Mieux vaut proposer une carte beaucoup plus succincte (3 entrées, 5 plats et 3 desserts) et la changer tous les mois en travaillant des produits de saison, frais. Quitte à garder un ou deux plats particulièrement appréciés un peu plus longtemps.
La fourchette en argent est donc largement accessible et elle aurait pu tomber, mais compte tenu de ce que nous avons dégusté aujourd’hui, nous ne pouvons faire autrement que de décerner à l’auberge gourmande une fourchette en inox.

Pour résumer : Accueil : Perfectible • Cadre : très bien • Présentation des plats : perfectible•  Service : moyen • Qualité des plats : moyen • Rapport qualité-prix : mauvais

Impression globale : moyen
Fourchette en inox

2 réflexions sur “L’Auberge gourmande

  1. ZIELINSKI Philippe 14 janvier 2016 / 14 02 36 01361

    Je connais bien l’auberge gourmande et sa cheffe Azeline. Elle est d’ailleurs Maître Restaurateur. Je suis surpris de votre critique qui doit être justifiée à la vue des photos des plats. Il y a surement une explication mais cela n’altère pas confiance dans cet établissement. Dans tous les cas votre site est très objectif.

    J'aime

    • Alexandre Bègue 24 février 2016 / 14 02 37 02372

      Merci Philippe pour votre commentaire. Nous essayons d’être objectif en effet. C’est l’un de nos atouts. Le « facteur humain » ne peut être oublié, et parfois nous tombons au mauvais moment. Cela a peut-être été le cas ici.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.