Découverte : le Bougainvillier

Bougainvillier 3Jannick Maillot et Kelly Robert sont deux enfants des hauts, de naissance sinon de cœur. L’une n’est autre que la fille de l’indéracinable Gilbert Robert, de la réputée Auberge Piton Fougères, culminant Sainte-Marie. Un « vieux de la vieille » de la tradition culinaire réunionnaise. Jannick pour sa part, est originaire de Grand-Ilet, un rempart plus loin pour ainsi dire.

Bougainvillier1« J’ai travaillé pendant vingt ans dans le bâtiment, mais maintenant le corps ne suit plus, alors je me suis reconverti« , nous apprend-il. Pas mécontent de sa reconversion d’ailleurs, puisqu’il a toujours aimé faire la cuisine. Une passion qui le tient au corps, comme beaucoup d’autres réunionnais, qui apprécient les bonnes choses et veulent les partager. Il a d’ailleurs donné un coup de main à son beau-père, et travaillé également à l’Escale de Saint-André.

Bougainvillier2Les deux amoureux ouvrent le Bougainvillier le 6 mars dernier, sur la route du Moufia. Ils ont beau être à côté d’un coiffeur, leur restaurant ne coupe pas les cheveux en quatre: c’est de la bonne et authentique cuisine locale, améliorée de plats traditionnels comme le bouillon brède saucisses frites, le rôti de porc, ou la curiosité charcutière que nous avons dégusté : saucisses, boucané et andouillettes accommodées avec des brèdes manioc, dont la saveur tannée caractéristique se marie bien avec le poivre et les fumets divers des cochonailles !

Son civet de canard, qui colle aux doigts comme on aime, nous a également émoustillé les papilles, avec de belles envolées olfactives. Jeannick sait s’adapter aux désirs de sa clientèle, dont un petit noyau d’habitués s’est déjà constitué. Les sautés de mines poulet « minute » ont un vrai succès, et le chant de son karail résonne régulièrement pour ses shop-suey, jusque dans la petite salle toute neuve d’une trentaine de couverts. « En revanche, allez savoir pourquoi, les grains ne marchent pas. Les clients n’aiment que les lentilles !« , constate-t-il, un brin amusé. Sept caris tournent tous les jours de la semaine, avec des gratins divers.

Jeannick prévoit de compléter son offre avec des sarcives et des grillades. Gâteaux patates, manioc et chocolat sont proposés au dessert, mais également de la bonne confiture de papaye et de pamplemousse, une merveille pour gourmets en quête d’échanges savants entre le sucre et l’amertume fruitée de l’agrume. Avec un rapport qualité prix imbattable (9 € le cari sur place), Jeannick et Kelly ont toutes les chances de prospérer, et de faire du Bougainvillier une étape incontournable de Sainte-Clotilde, comme il l’est presque devenu dans le quartier. Nous leur souhaitons bon vent. Le Bougainvillier est ouvert tous les jours de 11h à 14h et de 18h à 20h30, sauf le lundi et le dimanche soir. Le service traiteur est possible sur demande.

Le Bougainvillier : 92, rue Marcel-Hoarau Sainte-Clotilde 0262 93 28 94. Facebook : Restaurant Bougainvillier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.