Chez Sully

La plupart des villes réunionnaises ont un restaurant « institution ». Un restaurant de cuisine locale, existant depuis assez longtemps pour mériter ce titre, d’une cinquantaine de couverts au moins, qui peut faire des plats à emporter, et dont la qualité est suffisante pour drainer les travailleurs du coin ou les gens de passage, même si cette dernière est sujette à variations, il va sans dire.

Saint-Denis a son Reflet des îles, Saint-Pierre son Gros Louis, l’Etang-Salé son été indien, Salazie son P’tit Bambou, Saint-André son Kom la Case… et Saint-Paul son Chez Sully.

IMG_3733Et c’est à cette adresse que nous débarquons en ce mois de juillet finissant, après avoir profité du front de mer refait de la sous-préfecture de l’ouest, nous ne parlons pas du ponton qui tombe en ruine… Le restaurant est précisément posté à l’angle des rues Rhin et Danube et Evariste de Parny, sous le bras de la sous-préfecture, pour ainsi dire. Deux salles, dont la plus grande est également la plus lumineuse, abritent une soixantaine de couverts, sans doute davantage. Ici, c’est du semi-self-service. Et on choisit les plats à rebours : d’abord les desserts, les entrées à la caisse. Au menu du jour : des sautés chinois, du bœuf bourguignon, du boucané-bringelles, du cari d’espadon, du poulet frit… Le poisson, le bœuf et le boucané se retrouvent dans nos assiettes. Quelques tran-ches de patates sautées feront office d’entrée. Les hostilités peuvent commencer.

IMG_3721Les patates, bien qu’un peu molles, ont suffisamment de goût pour être intéressantes. Les petits légumes deci-delà, associés à de l’ail et des oignons vert, apportent leur obole. Une friture plus poussée aurait tout de même été bienvenue, quitte à faire des tranches plus fines, sans aller forcément jusqu’au chips.

Le rougail boucané présente mal. Visuellement il ne ressemble à rien. Les couleurs sont pâlottes, et les bringelles pas assez nombreuses, indéniablement. D’où notre (bonne) surprise à la dégustation. C’est un honnête boucané parfumé comme il faut, à tendance grasse quand même, et qui opère un bel échange en bouche avec le peu de bringelles existant. Le légume propose sa saveur picottante avec bonheur, et cela est d’autant plus frustrant qu’il pèche par la quantité. Le rougail satisfera pleinement les timides de la bringelle.

IMG_3716Le cari d’espadon est correct. Par moment, des humeurs de combava se manifestent, en alternance avec le goût du poisson, lui-même un peu éteint, il faut bien le dire, quand on est habitué à l’espadon frais et ses emportements musqués de fond d’océan, teinté d’iode et de corail. Certains morceaux sont un peu secs aussi, étrangement. Il manque un bon piment vert « crasé », avec une pointe de gingembre-mangue, pour redonner du tonus au pélagique.

IMG_3719Le bœuf bourguignon, lui, est excellent. Si la viande est tendre, fondante comme cuite à la cocotte-minute, elle est aussi un peu grasse, enrobée d’une sauce épaisse qui laisse un fond d’huile dans l’assiette. Les saveurs sont bien présentes et satisfaisantes. Cela fait du bien de manger un bon plat cuit au vin, qui embaume, assaisonné d’un girofle riant et d’un laurier efficace. Le vin peut-être et les carottes davantage y laissent une touche sucrée, sans exagération tout de même, et heureusement. Les grains blancs en accompagnement sont farineux. Le riz est bon, et bien cuit. Le rougail dakatine est liquide comme le résultat d’une digestion de matou malade. Pas mauvais, mais négligé. Nous terminons le repas avec un gâteau tison. Etouffe-chrétien, hindou, musulman, athée… Sec comme un tas de poussières.

Addition : 38 euros et des miettes de tison, pour quatre repas, quatre boissons et deux couillonnades en desserts. Soit moins de 10 euros par tête de yab. Un rapport qualité prix excellent, proche du record.

Chez Sully est une institution en centre-ville de Saint-Paul qui nourrit ses clients habitués ou de passage avec des plats créoles et « chinois » de bonne facture, dans tous les sens du terme. Si le service se limite au remplissage des assiettes et au paiement, l’accueil est souriant et très aimable. Les locaux sont propres, même si le mobilier accuse le poids des ans. Rien de particulier à dire sur ce que nous avons mangé aujourd’hui, sauf peut-être de sortir un peu des sempiternels rougails dakatine, concombre, etc, et proposer du simple piment vert quand il y a du poisson au menu, ce qui doit arriver souvent. Vous n’aurez pas de feux d’artifice dans l’assiette mais une cuisine correcte et pas chère. Une bonne adresse si vous voulez manger un cari à deux pas du front de mer, ou même sur le front de mer en mode barquette. Nous attribuons donc à Chez Sully une logique fourchette en argent.

FourchettesPour résumer  Accueil : bien • Cadre : moyen • Présentation des plats : self • Service: bien • Qualité des plats : bons • Rapport qualité-prix:  correct. Impression globale : bonne table
Fourchette en argent

La présente critique a été réalisée le 26 juillet 2017, à partir de midi, et ne prétend pas être une vérité absolue et définitive. Notre point de vue est subjectif, par nature, mais parfaitement honnête. Nous certifions n’avoir aucun rapport de près ou de loin avec les propriétaires de ce restaurant et aucun intérêt à attribuer à ce dernier une bonne ou une mauvaise note. Dans tous les cas, le restaurant dispose d’un droit de réponse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.