Le cari poulet référent

IMG_7567Divine soirée au cabaret Pat’Jaunes, 23e km à la Plaine-des-Cafres. C’est une institution. Depuis leur débuts en 1993, ce groupe de yabs revendiqués met l’ambiance aux sons entraînants du folklore local, quadrille et séga, avec des notes country. Les quatre joyeux Lurons, Claudine Tarby, Bernard, Michel et François Gonthier, bourrés d’humour et de gaieté, vous font oublier tout vos soucis pendant leur spectacle où la tendresse et la nostalgie ne sont pas absents.

Et le repas…

Ce soir cari de poulet et rougail zandouillettes… Si ces dernières ne m’ont pas tout à fait convaincu, bien que très bonnes, le cari de poulet est ce que j’appelle « Le référent ». Le cari de poulet sur lequel je me base pour évaluer tous les autres. C’est le vrai cari de poulet traditionnel des hauts de La Réunion, cuit sans eau et sans tomate, au feu de bois.
C’est le jeune Ludovic Clain, 34 ans, gendre de Bernard Gonthier, qui l’a exécuté avec brio, après avoir appris la recette auprès son beau-père.

« J’ai cherché pendant dix ans  avant de trouver les bonnes proportions d’épices, le bon feu et la bonne cuisson » raconte Bernard. Une cuisson en effet experte où la maîtrise du feu de bois est indispensable. Ti Fred, notre fourchette d’or de Petite-Ile, nous l’avait dit : « Faire un feu de bois de cuisson est un art, ce n’est pas donné à n’importe qui. »
« La fin de la cuisson se passe sur de la braise blanche » dévoile Ludovic. « Quand j’ai fait goûter ça à mon vieux tonton, il m’a restitué verbalement ma recette exactement comme je l’avais faite » ajoute Bernard.

Dix ans pour trouver les bonnes quantité d’épices… thym, sel, poivre, etc.
Qui osera dire encore que notre gastronomie n’est pas à la hauteur de celle de la France métropolitaine ? Car même sur ce plat à priori simple à faire, on peut rechercher et atteindre une précision, une expertise, une maîtrise digne des plus grands chefs internationaux pour obtenir un plat d’exception comme il nous a été donné de déguster au cabaret Pat’Jaunes.

Et il ne s’agit là que du cari poulet… notre gastronomie est riche de très nombreux autres plats, chacun d’entre eux ayant leur secret de fabrication dans la tête et dans les mains de ces cordons bleus des familles réunionnaises, qui ont reçu les recettes d’une tante, d’une mère, d’une grand-mère ou d’un grand-père, et qui ont ce don particulier qui s’éteindra avec eux. Les recettes survivent, tant bien que mal d’ailleurs, mais le don est unique à chaque personne.

Impossible de tenir un tel niveau dans un restaurant, tous les jours ? Sans doute. Contraintes financières, difficultés d’approvisionnement, et manque de temps. Mais les restaurants de cuisine réunionnaise doivent tendre vers cette excellence là, autant que faire se peut.

Si vous voulez vous faire une idée, allez voir les Pat’Jaunes. Le cabaret a lieu les vendredis et samedis. 

Une réflexion sur “Le cari poulet référent

  1. LEPINAY Roseline 6 mai 2018 / 15 03 49 05495

    Le cabaret Pat’Jaune est unique, on y passe de merveilleux moments, autant au niveau humoristique que culinaire mais aussi et surtout de convivialité. Je recommande à tous d’y aller, vous ne serez pas déçu.
    Roseline L.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.