L’Horizon 41

IMG_7931Sur les pentes raides de la départementale de la Possession, secours des automobilistes infortunés pour cause de route du littoral fermée, à peu de kilomètres du centre-ville, l’Horizon 41 vous propose des plats sur place ou à emporter, ainsi que quelques menus produits d’épicerie, pour que les gens du coin n’aient pas à redescendre chercher le sel malencontreusement zappé de la liste de courses.

IMG_7940L’endroit offre un point de vue magnifique sur le Port et la Possession, ainsi que sur l’horizon, d’où son nom sans doute. 41 faisant référence au numéro de la départementale. Une sorte de rondavelle un peu fatiguée et patinée par le temps, celui qu’il fait et celui qui passe, accueille les clients. Le sourire de deux dames ajoutent la chaleur et l’hospitalité. L’apparence des caris en vitrine nous décide à prendre place. Il est encore tôt, mais des tables sont déjà dressées pour des réservations. On nous invite poliment à nous rapprocher de l’armoire à boissons fraîches, le temps de servir. La vaisselle est propre, mais les couverts aspirent à une retraite méritée, et les verres à eau sont tout petits, une dînette. D’ailleurs, aucune eau n’est servie à table. C’est vendredi et nous goûterons donc au sacro-saint rougail morue, mais aussi au bœuf sauce tomate au menu du jour.

Les assiettes nous sont servies rapidement, dressées, avec un rougail « zognons » et des lentilles à part. La présentation est sommaire, mais elle a le mérite d’exister quand certains bouis-bouis vous envoient encore des assiettes « à la familiale », ou à la va-comme-je-te-pousse.

Des carottes râpées font office de crudité, tout en prétendant sans doute ajouter de la couleur à l’ensemble. Pas râpées du jour, vu l’aspect. Mais encore à peu près présentables, même si elles n’ont que peu de saveur. Les caris sont bien davantage ensoleillés.

IMG_7936Le rougail morue est plus en morceau qu’émietté. En barquette, ça passe, à l’assiette ça fait négligé. Heureusement qu’il est tout à fait bon. L’épaisseur des morceaux, bien que peu esthétique, a tout de même l’avantage de leur conférer une mâche intéressante, où la saveur de la salaison est bien arrangée par un assaisonnement correct, où les épices jouent pleinement leur rôle. C’est gras sur les entournures, sans exagération, ce qui compense la sécheresse relative des éléments plus gros. Au final, le mélange rougail-riz est parfait, avec un sel juste. Il ne manque qu’un peu de piment vert « crasé » pour les finitions, mais l’on ne peut nous proposer que quelques maigres piments entiers à la place. Rien d’étonnant, vu le tarif actuel de ces derniers.

IMG_7933Le bœuf quant à lui est présenté en tranches fines. Ce n’est pas du Kobé, c’est sûr. Il renifle une humeur de cuir musqué de viande brute de second choix, ce que confir-me une texture ferme et un brin crissante. Néanmoins, c’est très bien cuit, et la sauce tomate qui a pris des couleurs roussies, comme aidée par du siave, donne à la chair de l’allant, et du glissant. Le rougail « zognon » danse bien avec. L’oignon et le bœuf ont toujours été de bons compères.

IMG_7938Là dessus les lentilles, en crème, viennent jouer les trouble-fête. Si elles accompagnent mieux le bovidé, elles jurent un peu la morue. En effet, elles remuglent une odeur forte de ravensare, complété en bouche par celle d’un curcuma à la louche. C’est un peu fort. Un cari de canard, un civet de coq ou un cari « la patte » auraient été de meilleurs partis pour ces lentilles de caractère. Le riz est très bon. Bombé, gourmand, un rien collant, et goûtu comme on l’aime.

Addition pour deux caris, deux boissons et deux cafés : 22,40 euros, soit 11,20 euros par personne. Le rapport qualité prix est très bon.

L’Horizon 41 est un petit restaurant sans prétention qui propose une cuisine réunionnaise correcte pour un prix modique, sans faire payer la vue pour ceux qui déjeunent sur place ! De l’art de bien cuisiner avec des produits pas chers. Quelques améliorations seraient tout de même souhaitables. Des sets de table, une carafe d’eau, des crudités moins «cheap» pour décorer l’assiette… rien de forcément très cher, ni de très chronophage. L’affaire tourne, mais quel-ques signes laissent à penser qu’un peu d’argent frais serait bienvenu, histoire de renouveler la vaisselle, donner un coup de jeune au caillebotis, et commencer à proposer le minimum de confort et de décor pour égayer tout ça. Car le potentiel de marmite est certain, comme en témoigne la fréquentation. Par-dessus le marché, on peut se garer, que demande le peuple ? Du chemin reste à faire pour donner du lustre à ce restaurant, sans toucher à son authenticité et son hospitalité. Puisse cette fourchette d’argent contribuer à y attirer la clientèle. Petit à petit, paille en queue fait son nid.

____________________

Farg2
Pour résumer. 
Accueil : bien • Cadre : moyen • Présentation des plats : bien
• Service : très bien • Qualité des plats : bons • Rapport qualité-prix : bonImpression globale : bonne table

Fourchette en argent

____________________

Une réflexion sur “L’Horizon 41

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.