Le Ti Mahi Mahi

IMG_0971Aujourd’hui, je suis descendu au Ti Mahi Mahi, à Saint-Gilles-les-Bains. Un restaurant recommandé par plusieurs amis. Je débarque à 11h30, et on m’accueille avec un large sourire. Il fait une chaleur à griller sur place, et j’ai déjà dû perdre dix litres d’eau.
Les lieux sont très « vacances balnéaires », chaises et tables en bois, parasol, etc… on me place à une table en me précisant qu’il faudrait partir à 13h30, pour cause de réservation, ce qui me laisse largement le temps de déjeuner. Je découvre que la carte bleue n’est pas acceptée. Y’a encore des restaurants à Saint-Gilles… pas Mafate, Saint-Gilles… qui n’acceptent pas les cartes bleues. Qu’à cela ne tienne on m’invite à aller au distributeur du Crédit Agricole « à côté »… même en passant par la passerelle du marché, c’est en ville quand même, et le restaurant est sur la rue du port… bon… allez, c’est parti pour une petite marche supplémentaire sous le soleil exactement, « pouakant ».

IMG_0954Je reviens, et le petit « beurre » de poisson aux fines herbes m’attend toujours à côté des tranches de pain. Il fait bougrement chaud. Heureusement, une brise légère vient me faire la bise…

Plats chaud et plats froids, spécialité poisson du jour. De l’ultra frais, semble-t-il, puisqu’on précise sur la carte que s’il n’y a pas de pêche, le restaurant est fermé. Carrément.

IMG_0961Aujourd’hui donc le thon alcacore est au programme. Plusieurs formules de tartare sont disponibles, assaisonnés avec des produits locaux : ananas, cotomili… je choisi le tartare à la tomate cerise – basilic. La portion est correcte, accompagnée d’un « riz vert » et d’une salade.

Le riz rappelle furieusement du taboulé, un peu en texture et davantage en goût. De la menthe fraîche donne du répondant aux oignons verts. La salade est correcte, même si je n’apprécie pas trop la sauce et son vinaigre velléitaire, du balsamique, ou si ce n’est lui c’est donc son frère. La salade verte est un poil fatiguée.

IMG_0960Le tartare est excellent. C’est frais, éclatant en bouche comme au nez, gourmand avec des morceaux coupés assez gros qui proposent une jolie mâche emprunte des saveurs marines de bon thon. Les tomates cerises et leur acidité parfumée font un beau couple avec le riant basilic, qui domestique le côté un peu sauvage du thon.

IMG_0966Un café liégeois met un point final heureux au repas. J’ai décliné la panacotta maison praliné qui menaçait d’être trop sucrée à mon goût.

Addition : 27 euros pour une mousse, un plat, un dessert et un café. Et le sourire de la patronne en prime. Qui a dit que Saint-Gilles était cher ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.