Le P’tit Bambou, incontournable à Salazie

IMG_1278Aujourd’hui nous revoilà à Salazie, patrie des cascades, du chouchou, du cresson, et aussi, mine de rien, de la bonne charcuterie, le cirque comptant pas moins de trois charcutiers qui savent travailler.

Nous mettons les pieds sous la table du Petit Bambou, moult fois visité, sans jamais nous décevoir. Qu’en sera-t-il aujourd’hui ? La carte est toujours la même, avec ses variations de sautés chinois. Le menu du jour est alléchant : morue aux brèdes songes, cari crevettes, rougail saucisses, avec salade de palmiste, gratin de citrouille et boudin en entrées. Le fameux gratin de chouchou est toujours à la carte. Le service est souriant, et efficace. Nous n’attendons pas longtemps après la prise de commande. Le temps de nous rafraîchir de quelques boissons soft, les entrées sont servies.

Le boudin affiche un piment claquant sur une texture dense, mais qui reste moelleuse. Le fond de sang cuit se surprend pas. La saveur reste classique, et satisfaisante. Difficile de trouver dans les restaurants (et aussi dans les charcuteries) ce bon boudin réunionnais des familles, à la structure légère et chaude, où les fines herbes croustillent encore.

La salade de palmiste est conforme à nos attentes. La découpe en tranches fines qui donne à la vue une impression de joyeux désordre pas très esthétique permet en revanche une mâche ample et généreuse, où les dents se font plaisir. Il en résulte une captation plus importante de la saveur lactée subtile du palmiste, d’autant que la vinaigrette est très discrète. La salade est exterminée.

IMG_1255La morue aux brèdes songe joue dans la catégorie « expert ». L’aspect peut surprendre, quand on y plonge la cuillère. C’est très pâteux. De nombreux petits morceaux de morue, dorés, semblent figés dans cette gangue vert kaki que les militaires pourraient se coller sur la figure en guise de camouflage et de protection contre les moustiques. Rassurez-vous, cette texture est la bonne. Elle renifle d’ailleurs d’un fumet qui activent les grandes salivaires.  En bouche, c’est un bonheur. L’on peut difficilement dire des brèdes d’une manière générale qu’elles sont moelleuses. Faites cuire des brèdes chouchous plus que de mesure (oh sacrilège!) et elles fondent et se décharnent. Les brèdes à bouillon, payatères, morel, mafane, vont finir par se boire car tel est leur destin ; les brèdes manioc laissent toujours une impression un peu dure sous la dent. Seules les songes savent vous procurer cette onctuosité gourmande, sublimée par une morue au sel domestiqué, qui partage son goût musqué. Mettez là-dessus un gros piment frais et croquant et vous approchez la perfection.

IMG_1256Autant la morue brèdes songe évoque les ruisseaux et bassins au creux des remparts, autant les crevettes nous ramènent au soleil et à la mer. Présentées avec leur coque, elle s’offrent sans retenue à la vue comme au palais, avec un mordant souple et délicieux. Mais ce n’est rien comparé à la sauce, où nous observons, le sourcil circonspect, quelques formes vertes et effilées y baigner joyeusement. Des piments verts. En quantité honnête pour les réunionnais formatés à la capsaïcine, non recommandée pour les autres. Nous avons demandé le cari avec l’option piment, nous sommes servis. La sauce épaisse, toute imprégnée de curcuma et de tomate fondue, où le gingembre donne le « la », nous fouette conséquemment les papilles comme chabouk su d’boeuf quand lo charrette i avance pu. On en redemande.

IMG_1264Les assiettes proprement nettoyées sont vite remplacées par les desserts, assez classiques, sauf pour le gâteau ti-son. D’ordinaire étouffe chrétien, toutes chapelles confondues, ce ti-son ci fait plutôt dans l’imbibé. Avec sa petite chantilly, il se gobe purement et simplement, en laissant sur la longueur un sucré crémeux.

L’addition grimpe à 78 euros pour trois repas complets, boissons comprises, soit 26 euros par personne. Le rapport qualité prix est acceptable.

IMG_1269« J’ai ouvert en 1994, raconte Dominique Grondin, le chef du Ti Bambou, je fais de la cuisine depuis 1982. J’ai tout appris en famille, sur le tas. Ici nous privilégions des plats sautés à la carte, légers, que les clients apprécient ». Mais les plats réunionnais traditionnels ne sont pas oubliés, particulièrement le week-end. La clientèle touristique est de plus en plus nombreuse. Notamment des chinois, «ils apprécient particulièrement les plats aux brèdes et le poisson ananas » indique Nadine Grondin, qui supervise la salle. Le cari poulet pomme de terre a également les faveurs des visiteurs, toute nationalité confondue, mais aussi le feuilleté de brèdes chouchous, de de ses créations.
Pour sa cuisine, Dominique privilégie les produits frais, et du cirque, bien entendu, quand ils sont disponibles, ce qui n’est pas toujours le cas, en ce qui concerne le boudin par exemple.

L’expertise du chef est en tout cas bien visible dans l’assiette. Une bonne cuisine réunionnaise, traditionnelle ou à connotation asiatique, qui fait que le restaurant trace sa route depuis plus de 25 ans, en traversant du mieux possible les événements qui, parfois, tarissent la source touristique.

Une qualité globale suffisante pour que le Ti Bambou soit nominé à la distribution de fourchette de fin d’année.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.