Chez Yann, le bon goût de la marmite créole

Chez Yann 1Le petit restaurant posé à l’angle des rues Jules Auber et Labourdonnais a continué son activité en mode barquette uniquement quelques semaines après le début du confinement. Aujourd’hui nous débarquons à 11h45, en ayant réservé préalablement, et très vite cinq ou six personnes patientent.

Certaines attendent la pintade combava encore au feu, dont les effluves viennent nous prendre par le nez jusque dans la rue, comme dans ces dessins animés de Tex Avery.
Cabri massalé, porc brèdes, pintade combava, dorade à la chinoise sont au menu du jour. Aussitôt la pintade prête, nous repartons avec une barquette, plus un massalé cabri.
Depuis 2017, où ce petit restaurant à obtenu la fourchette en argent avec recommandation, nous nous sommes régulièrement tenus informés de la qualité de ses plats. Il est temps de faire une mise à jour objective.

Chez Yann2Le cabri massalé est très plaisant. La chair est moelleuse, enrobée d’une pellicule fine de poudre de massalé, avec juste assez de mordant pour donner une mâche intéressante. L’assaisonnement ne fait pas mystère d’un massalé chauffé comme il faut, qui lui a permis de révéler tout son potentiel, appuyé par les feuilles de caloupilé ajoutées généreusement.
Quelques petits os par-ci par-là viennent chatouiller les gencives mais ils restent minoritaires.
Le riz, coloré par le fond de sauce épaisse, est de qualité. Les pois du Cap sont fondants et veloutés, avec un roussi en joué. Un plat qui se mange comme il se respire !

Chez Yann3La pintade s’est fait désirer, et c’est tout apprêtée de sa couleur safranée qu’elle vient jouer avec nos sens. La cuisson est parfaite. La pintade n’est point sèche, comme une gouvernante acariâtre, la cuisse raide, la peau élastique, le maquillage à la truelle. Nous sommes ici en présence d’une pintade aimable, assez tendre pour qu’on apprécie ses charmes à leur juste valeur. La marmite de Yann l’a arrangée avec des épices fondues et confites dans une sauce de cari parfaite, avec des grosses feuilles de combava qui impriment leur marque, mais sans dépasser les bornes. Ça se sent, ça se voit, et parbleu ça se mange avec un plaisir non dissimulé.
Toutefois, il aurait été seyant que la donzelle fut correctement débarrassée de quelques restes de plumes superfétatoires sur le bout des ailes. Ça aurait fait rire Fernandel (« J’pris un homard sauce tomates, Il avait du poil au pattes, Félicie… aussi ! »). En dépit de ce couac d’esthéticienne presbyte, et bon marché, le cari se dévore sans rechigner, et l’on ira même jusqu’à lui nettoyer les os !

Un mot sur le rougail tomate. Il est haché gros, mais la tomate mûre relève bien l’un et l’autre cari. Le piment vert « krazé », un peu confit, fait tout aussi bien, et même mieux avec le massalé. Les deux barquettes sont sifflées sans ambages, à domicile, nous laissant un sentiment de pas assez.

Covid ou pas, le restaurant « Chez Yann » a de toute manière toujours fonctionné avec des barquettes, les places assises étant limitées par la surface. Il mérite amplement de figurer dans notre sélection des meilleurs restaurants de cuisine réunionnaise car il propose une cuisine authentique, simple, goûteuse, qui fait honneur à notre tradition culinaire. Certains plats disparaissant à grande vitesse, la réservation par téléphone est fortement conseillée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.