Chez Jules, le goût de la simplicité

Nous allons dîner Chez Jules, restaurant de Saint-André, assis à la pente Sassy, testé voici deux ans, à qui fut attribuée une fourchette en argent pour sa cuisine créole très correcte.
L’article est d’ailleurs accroché au mur, à côté de la tête de hibou de « Trip » et du Guide Kaspro.

L’accueil est toujours souriant. Nous nous installons, et commandons les apéritifs. Deux tartines de tapenades accompagnent les boissons, en guise de mise en bouche. L’initiative est appréciée. Au menu ce soir, 4 entrées et 15 plats, dont deux caris et trois civets. Le tartare de thon, la côte de cerf et l’entrecôte Black Angus nous font bien envie. Mais ce sont la truite de Hell-Bourg et sa crème de cresson, ainsi que le croustillant de jeune cochon, « cuit deux heures dans de la graisse de canard » nous d it-on, qui l’emportent, accompagnées de salade folle et de patates frites. Pas de caris pour cette fois.

Quelques dodus samoussas pour commencer, avec force de farce aux légumes et à la viande, nous met les papilles en ordre de bataille. Poulet ou cabri, nous avons un peu de mal à les discerner sous l’assaut des épices.

Les assiettes arrivent. Dressage simple et propre. La truite nous fait « mangez moi »… impossible que le ti-punch nous ait fait cet effet-là. Abrégeons ses souffrances.

Miss truite, descendue du cirque, est cuite au chronomètre. Sa peau présente la couleur et l’aspect de la tâte au poil de la poêle. En guise d’onguent pour brûlure au troisième degré : la crème de cresson, garnie que quelques pousses décoratives. Notre estomac est comme les creux sont. On y va. En bouche, la chair fine de la truite vagabonde exulte. Sa saveur délicate où nulle humeur de vase ne pointe, est portée avec grâce par le cresson dont la fragrance naturelle a été domptée. La crème participe à l’emballement de la demoiselle Hell-Bourgeoise, qui danse le menuet au palais. Cette affaire glisse sans plus de commentaire, laissant le souvenir d’un plaisir qui survit encore un peu au nez. Les patates frites sont très bonnes. Plongées dans le velouté de citrouille de décoration elle donnent à la truite un répondant plus épais.

Faire suivre tout de suite la truite à poêle du jeune cochon serait inconvenant. Ce dernier passera donc après une gorgée de vin blanc. Déjà, la présentation en tranche, avec ses couches de gras et de maigre, fait envie. La couleur met aussi en appétit. Une bouchée généreuse invite les dents à s’enfoncer à travers la peau croustillante et fumée, puis, au travers d’un gras parfumé, chercher la chair moelleuse qui chante comme ces rôtis des dimanches en famille qui ont collé au fond de la marmite, et rameute les viandards comme « gros l’ail » sur une ampoule. En parlant de coller, la peau frite s’attache un peu aux molaires, suinte dessus, et fait grimper le compteur du plaisir à chaque mouvement de mâchoire.

La salade folle fait sa farandole d’un côté comme de l’autre, tout apprêtée de sa vinaigrette parfumée, apportant un croquant délicat et frais.

La carte des desserts nous est proposée aussitôt les assiettes enlevées. La tarte Jules (papaye coco) et sa boule de glace tangor nous fait de l’œil, ainsi que le manioc à la noix de coco et sa boule de glace vanille. Mais il se fait tard. Il est temps de remercier les proprios.

Gilbert et Jacqueline Lebeau tiennent Chez Jules en famille. Jules, dont la photo est affichée, étant l’aïeul. Gilbert, qui a travaillé dans la bureautique, s’est reconverti dans une activité plus…  « canon » : la cuisine, et il y excelle. Par l’ouverture dans le mur, nous avons pu le voir travailler, avec son épouse. Les visages sont détendus mais concentrés, les gestes sûrs, et même quand la salle fut pleine, aucun stress perceptible, pas plus que chez les serveuses. Un service professionnel et courtois.
Notre impression générale est nettement meilleure que lors de notre première visite. Il semblerait même qu’un effort ait été fait sur la décoration, à moins que ce ne soit l’effet des lumières.
Jacqueline et
Gilbert proposent une cuisine efficace, simple et inventive à la fois, qui met à l’honneur les bons produits de chez nous en les mariant d’heureuse manière. Leur récompense : des clients qui affluent, et dont certains repartent avec le contentement du bébé après la tétée, affiché sur les trombines.
Voilà sans aucun doute un restaurant à garder sur la liste des meilleurs établissements de l’Est.

Leur page Facebook > https://www.facebook.com/restochezjules974/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.