Le Pti Koin Kreol, une cuisine assez honnête, et des aléas

Aujourd’hui nous prenons la route de Hell-Bourg, par un temps radieux, pour déjeuner au Ptit Koin Kréol, restaurant visité en 2016. La note avait été bonne, avec des remarques. Nous voulons voir si cet établissement mérite de figurer sur la liste des tables à recommander.

Les lieux n’ont guère changé depuis notre passage. L’antique et typique case créole est accueillante, même si, ici et là, le plancher vermoulu est affligé de tangage, ce qui donne du cachet à l’endroit, et des sueurs aux personnes à l’IMC au-dessus de la moyenne. De jolis tableaux, à la vente, ornent les murs. Un passage devenu urgent aux commodités nous révèle des toilettes endommagées. Il est très rare que nous avons des remarques à faire sur ce point, mais laisser un trône dans cet état fait négligé, et aucune excuse ne saurait être acceptée pour le justifier. Remarque faite à l’intéressé, il est possible que lors de votre passage, tout soit rentré dans l’ordre.

Au menu du jour : gratin de chouchou et salade exotique en entrée. Civet zourite, civet de cerf, espadon combava, porc à la vanille, rougail andouillette, rougail saucisse, cari poulet et poulet massalé. Soit huit caris et deux entrées. Il est important de le signaler pour la suite. Après les rafraîchissements, nous attendons une bonne vingtaine de minutes avant que nos gratins arrivent. Ils sont chauds. La texture est parfaite : moelleuse et non liquide, où le chouchou s’exprime pleinement, en dépit des assauts du fromage. Un gratin délicieux qui nous met en appétit pour la suite.

Nouvelle attente, un peu plus longue cette fois. La clientèle débarque en nombre. L’homme au service est seul. Nous observons ce dernier faire des va-et-vient à toute vitesse entre les cuisines et les tables, intérieures et extérieures, avec un air à casser du petit bois. Finalement les caris débarquent.

Disons le tout net, pour le civet zourite, nous sommes bons clients. Celui-ci ne nous décevra pas, même s’il ne va pas nous faire décoller de notre chaise. La cuisson est très équilibrée : de la mâche souple, juste résistante, mais pas du tout caoutchouteuse, qui donne du plaisir. Les petits morceaux du céphalopode lancent des attaques chaudes et poivrées, teintées du vin cuit, tout en restant un peu en retrait sur leurs saveur propre. C’est certainement du surgelé, on s’y attendait, mais qui se défend plutôt bien. Le plat est nettoyé.

Les andouillettes jouent la même partition moderato, sur une texture plutôt molle. La sauce bien rouge, avec des côtés un peu sucrés, trahit l’utilisation au moins partielle de la tomate en boîte. Cela n’est pas plus dérangeant que ça, gustativement parlant si ce n’est que les andouillettes elles-mêmes font profil bas. Trop dessalées ou défaut d’origine ? Nous les attendions plus éveillées, avec des petits bouts croquants de cartilage. Du piment vert aurait bien secoué cette affaire. Le plat est toutefois mangeable. Nous repoussons nos assiettes vides. En face, un couple, assis depuis un moment, semble perdre patience. Heureusement que leur commande arrive.

Nous demandons des bananes flambées au dessert. Elles ne seront pas flambées devant nous. Pas le temps. Les bananes n’ont pas eu le temps non plus d’attacher à la poêle, ni de prendre de la couleur.

Nous repartons après avoir réglé 68 euros pour trois boissons, deux entrées, trois plats et un dessert. Ou 26 euros pour un très bon gratin, un assez bon cari et deux bananes neurasthéniques. Le rapport qualité prix est perfectible.

La cuisine au Ptit Koin Kreol est relativement correcte, bien que les produits utilisés ne soient pas haut de gamme. Les clients exigeants y trouveront à redire, sans doute, mais le point le plus problématique est le temps d’attente. Evidemment, difficile de faire tourner à deux un restaurant fréquenté en plein Hell-Bourg. Le serveur souhaiterait sans doute avoir le don d’ubiquité.
Si les moyens humains, et financiers, manquent, pourquoi ne pas simplement réduire la voilure ? Est-il d’abord nécessaire de proposer huit caris, sachant qu’ils suivent deux entrées et précèdent quatre desserts, quand il est patent qu’en cuisine, on pédale dans la semoule ? Autant proposer simplement trois caris, comme bon nombre de petits restaurants le font déjà, et réalisés avec de bons produits frais.
Il serait ensuite judicieux de réduire le nombre de tables. Les circonstances sanitaires s’y prêtent déjà, la distanciation physique étant de rigueur, même si en l’état actuel la salle est assez spacieuse. A vouloir contenter tout le monde, on finit par indisposer des gens, qui, à la base, montent jusqu’à Hell-Bourg pour passer un bon moment. Un changement stratégique est donc urgent, et il se pourrait que les responsables du Ti Koin Kréol y songent. En attendant, nous vous recommandons l’adresse, mais si vous voulez déjeuner en paix, allez-y en semaine !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.