La Case de l’Oncle Tom Carrèrement bon !

Mai 1989, quelque part dans la foule qui accueille le pape face à l’église de la Trinité, Irène Grondin, 75 ans pomponnés, fait sa check-list. Bouteille d’eau, missel, chapelet, bonbon « fondante », chaise pliante… Tout est là. Jean-Paul peut venir. En posant son séant à côté de celui de sa voisine de Je-vous-salue-Marie, elle est très loin de se douter que 32 ans plus tard, à l’endroit même où elle se trouve, le petit Jésus va descendre dans le ventre des gourmets, à la Case de l’Oncle Tom.

Nous arrivons peu avant midi en ayant réservé par téléphone, démarche conseillée sur la page Facebook du restaurant. Cette visite ofcielle fait suite à notre passage voici presque trois ans, où nous étions repartis avec des barquettes. Cette fois nous faisons comme Irène, nous y posons nos séants pour déguster le menu du jour en son entier : poulet massalé, cari porc au petit pois frais,
et rougail ti-salé. Ici, en efet, pas de carte longue comme le bras, pour essayer de contenter tout le monde. Si le menu ne convient pas, on revient, épice c’est tout !

L’endroit est toujours aussi sympathique, sous les arbres, dont un magnifique banian qui se remet doucement d’un vieil élagage gros doigts, selon nos informations. La patronne nous accueille avec le sourire masqué et nous lui montrons le QR code obligatoire. Elle nous propose les rafraîchissements et repart avec la commande. Les plats arrivent quelques minutes plus tard.

Nous entamons le cochon. L’aspect est déjà très appétissant, avec cette belle couleur orangée des caris bien nés. Ici et là, de jolis
morceaux étagés proprement en peau, gras, maigre, transpirent encore. Les petits pois ronds chantent du « mangez-moi », mais pas assez fort. Ils auraient pu faire une chorale plus imposante. On s’en contentera, mais avec un peu de frustration, étant donné qu’ils sont croquants et excellents. La viande de porc est cuite ferme, pour une mâche souple tout de même, qui envoie en bouche ses propres vocalises gustatives. Le charcutier est connu, et reconnu. Le plat est nettoyé plus vite qu’il ne faut pour l’écrire, ou presque. C’est délicieux.

Le poulet est sorti des élevages d’un gros producteur local. Du poulet jaune d’extraction moyenne. L’odeur de massalé est présente, mais peut-être trop discrète pour un mangeur de massalé fort tendance malbar, dont nous sommes. Quelques bouchées plus tard, la chair cuite avec précision étale ses attributs relevés de la poudre d’épices et s’ensuit une mastication lente où faveurs et « flavours » de silon et vindion nous chatouillent les narines, nous charment les gencives, nous arrangent la luette…

Du côté des accompagnements, la qualité suit le mouvement. Le riz est bon, même si les grains longs ne sont pas notre tasse de thé. Les gros pois veloutés affichent un côté poivré-fumé tout à fait séduisant. Les brèdes épinars, en vert foncé, donnent
dans l’épaisseur en emballant le porc. Gros coup de cœur pour le petit piment « krazé » tout juste prêt, où les efuves d’un délicat gingembre mangue fait danser les saveurs du duo piment zoizo – piment cabri. Une pure merveille sado-masochiste pour
junkie de la capsaïcine.

Le dessert, boules de glace vanille et gingembre-miel, est parfait pour finir ce repas, accompagné du café, et « arrange la bouche » comme le « fondante » de la (depuis le temps au paradis) mère Grondin. Addition : 46 euros pour trois repas (dont un à emporter), deux boissons, un dessert et deux cafés. Le rapport qualité-prix est très bon.

« Heureux celui qui croit sans avoir vu« , s’est fait dire Saint-Thomas. Le Thomas qui œuvre aux fourneaux de la Case de l’Oncle Tom nous propose de voir et de goûter aussi, pour être convaincu. Thomas Carrère a connu les galères, sautant de branche en branche pendant quelques années entre restaurants divers, Ehpads et la cuisine d’une association pour les sans abris, depuis son CAP-BEP au Centhor. Mais cela lui a forgé le caractère. Aujourd’hui il est son propre maître à la Case de l’Oncle Tom, qu’il dirige en compagnie de son épouse. Il applique consciencieusement les méthodes de nos aïeux pour proposer à ses clients une cuisine réunionnaise expressive, précise et savoureuse : l’amour sans compter et la gestion du temps. Certains devraient en prendre de la graine. L’inscription sur la liste des meilleurs restaurants de cuisine réunionnaise ne fait aucun doute.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.